Chauffeur VTC solution et rentabilité

Comment se lancer et réussir dans le VTC en tant qu’indépendant ?

Depuis quelques années, le VTC connait un succès fulgurant en France. En effet, la demande est souvent forte et le retour sur investissement est toujours aussi intéressant. En conséquence, de plus en plus de personnes désireuses d’investir dans une activité rentable prennent cette option. Si c’est également votre souhait, vous découvrirez ci-dessous des conseils utiles pour réussir en tant que VTC.

 

Bon à savoir sur le VTC indépendant

 

Il existe différentes options pour se lancer dans le VTC. De façon générale, la plupart des chauffeurs VTC décident de travailler avec des plateformes spécialisées comme Uber. Si ce choix permet de profiter d’un flux permanent de clients et de pérenniser son activité, il n’est pas sans conséquence. En effet, les sites de mise en relation des chauffeurs VTC et des clients exigent généralement une commission élevée sur les prestations. Selon le cas, celles-ci peuvent atteindre les 30 % du montant payé par le client.

Dans une telle situation, il est difficile, voire impossible, pour les chauffeurs de rentabiliser leur activité. Très souvent, ces derniers sont obligés de cumuler les heures de travail et de hausser les prix pour espérer un revenu conséquent, ce qui augmente malheureusement le risque d’accidents de circulation.

Afin d’éviter les contraintes liées à la collaboration avec les sites spécialisés, de plus en plus de chauffeurs optent pour l’indépendance. En tant que prestataire indépendant, le chauffeur privé L’Ôtre Planète situé à Cannes effectue les transferts depuis l’aéroport pour permettre aux clients de rejoindre rapidement leur résidence ou leur logement dans un véhicule confortable. À noter que ce chauffeur VTC est également à votre disposition pour vos excursions et (ou) déplacements professionnels.

 

Les étapes pour se lancer dans le VTC

 

Pour réussir dans le VTC en tant que chauffeur indépendant, vous devez prendre un certain nombre de précautions. Tout d’abord, il est important d’avoir un plan d’action bien précis. Afin d’élaborer ce plan, vous devez suivre certaines étapes.

 

Faire une étude de marché

 

Il s’agit ici de rassembler des informations relatives au marché du VTC dans votre zone. Prenez également le temps de vous renseigner sur les professionnels qui font déjà cette activité pour mieux comprendre leur façon d’opérer. C’est important pour choisir un positionnement stratégique qui s’adapte mieux aux exigences de votre clientèle ciblée.

 

Définir un plan financier

 

C’est à cette étape que vous devez faire la liste de tous les investissements à réaliser dans le cadre de votre activité. Il s’agira pour vous de lister non seulement les sources de financement, mais aussi les autres paramètres financiers à savoir :

  • les charges,
  • les bénéfices,
  • les impôts et les taxes.

 

Choisir le moyen de financer l’acquisition de son véhicule de travail

 

Pour avoir un VTC, vous avez le choix entre deux options principales à savoir : la location longue durée (crédit-bail) et un emprunt bancaire pour acheter votre voiture professionnelle. La première option ne nécessite aucun apport financier et inclut la maintenance du véhicule en cas de panne. Cependant, elle peut se révéler plus coûteuse sur le long terme, ce qui n’est pas le cas avec la seconde option.

 

Souscrire les assurances obligatoires

 

Quelle que soit l’option choisie pour l’acquisition d’un VTC, il est indispensable de souscrire certaines assurances. Afin de garantir la pérennité de votre activité, vous devez forcément disposer d’un contrat d’assurance VTC. À noter que la Responsabilité civile professionnelle vous couvre en cas de dommages causés à autrui. Assurez-vous donc d’avoir ces assurances avant de vous lancer dans le VTC.

 

Choisir le bon statut juridique pour son activité

 

Au moment de choisir un statut juridique pour votre activité de VTC, vous devez faire l’effort de bien vous renseigner sur les possibilités. En effet, le choix fait aura un impact significatif sur votre business et sa croissance. De façon fondamentale, deux options se présentent à vous.

 

Si vous voulez, vous pouvez organiser votre activité VTC en société. Ce choix vous permettra de bénéficier d’une comptabilité réelle présentant de nombreux avantages. D’une part, vos frais réels (achat de carburant, entretien du véhicule, etc.) seront déduits de votre chiffre d’affaires. D’autre part, vous avez la possibilité de vous verser la rémunération que vous voulez. Précisons que c’est ce montant qui servira de base pour le calcul de vos cotisations sociales.

 

Selon votre objectif, vous pouvez décider d’exercer votre métier de VTC en microentreprise. Dans ce cas, vous n’aurez pas à tenir une comptabilité difficile. En effet, vos charges sociales sont calculées en fonction d’un pourcentage du chiffre d’affaires que vous réalisez. Il va sans dire donc que vous n’aurez à verser aucune cotisation si vous ne réalisez aucun chiffre d’affaires. Retenez toutefois que ce régime juridique présente des limites. Le chiffre d’affaires a un plafond fixé à 72 500 euros. Par ailleurs, l’absence de comptabilité ne permet pas de déduire les frais réels du chiffre d’affaires. Il devient donc difficile d’évaluer la rentabilité de l’activité.

 

Quelques astuces pour rentabiliser son activité de VTC

 

Le marché du VTC en France est très rentable. Cependant, il faut maitriser ses rouages afin d’en tirer le meilleur. Avant de vous lancer, vous devez connaitre certaines astuces qui vous permettront de tirer votre épingle du jeu.

 

Se positionner sur une niche rentable

 

L’univers du VTC se compose de différents segments. Il vous revient de bien choisir votre niche pour rentabiliser votre activité. Selon votre objectif, vous pouvez vous positionner sur :

  • le transport sur les distances longues,
  • le marché des professionnels (cadres supérieurs, touristes d’affaires, etc.),
  • le marché des particuliers,
  • la clientèle VIP (show-business, sportifs, mannequins, etc.).

 

À noter qu’il existe également d’autres marchés rentables comme le transport des personnes à mobilité réduite, le transport avec un ou plusieurs véhicules de collection, les visites, les évènements, etc.

 

Se bâtir un réseau de prescripteurs

 

Afin de trouver des clients à transporter, il est important de se constituer un réseau de prescripteurs. Vous pouvez par exemple vous rapprocher des concierges d’hôtels ou du personnel des aéroports d’affaires pour qu’ils vous recommandent à leurs clients. Assurez-vous d’offrir des prestations de qualité irréprochables à vos clients pour faire d’eux des ambassadeurs de votre service de VTC.

 

Avoir un site web visible

 

Internet est aujourd’hui un moyen incontournable dans la promotion des activités. N’hésitez donc pas à créer un site web pour votre VTC et à travailler son référencement naturel afin de le rendre visible des internautes.

En résumé, le VTC est une activité intéressante pour toute personne qui souhaite créer une entreprise pérenne. Suivez les conseils de cet article pour rentabiliser votre activité !